DE QUOI AVEZ-VOUS PEUR ? LA PEUR EST-ELLE UTILE ?

Pascale-Piquet-Peur
Courtoisie

De quoi avez-vous peur ? La peur est-elle utile ? « La peur n’évite pas le danger, pire, elle l’attire ! » vous dirais-je. Pourquoi la peur attire-t-elle le danger ? Et pour commencer d’où viennent toutes les peurs qui accompagnent un grand nombre d’êtres humains ? La peur est un vaste sujet que je vais essayer de condenser en une seule chronique.

D’où vient la peur ? Pour commencer, une fois de plus, la peur prend ses racines dans l’enfance quand vos parents ne vous ont pas sécurisé. C’est pourtant leur rôle d’utiliser comme engrais la reconnaissance, l’affection et la protection pour vous faire « pousser » en toute sérénité et ainsi développer votre confiance en vous et votre estime de vous, meilleures parades pour toute peur. Combien de parents en sont conscients ou l’ont été ? Vous noterez que l’élément « protection » est aussi important que les autres. Tant que le bébé, l’enfant, puis l’adolescent sont vulnérables, ils ont besoin de sentir que les parents les protègent afin qu’ils s’épanouissent en toute sécurité. Si l’enfant ne se sent pas protégé, pire, en danger dans sa propre famille, il va développer toutes sortes de peurs que les comportements inadéquats des parents vont accentuer. Sans parler des contes truffés de loups qui dévorent les enfants, de sorcières terrifiantes, de maléfices en tout genre et je cite Andersen au passage que j’ai toujours trouvé ignoble. Et pour couronner le tout, vous êtes peut-être friand de films d’horreur. Résultat : carence affective, contes imbéciles, films d’horreur font de vous un adulte effrayé, pour ne pas dire un enfant terrifié.

Ce qui me fait le plus sourire, c’est la peur du noir, donc de l’obscurité (noirceur en Québécois). L’obscurité en tant que telle n’a jamais été un danger. Je n’ai jamais vu quelqu’un mourir d’être simplement plongé dans le noir, pas même ceux qui en ont fait une expérience scientifique pendant plusieurs semaines. Pourquoi cette peur ? C’est vous qui avez exposé votre cerveau à des situations de peurs reliées à l’obscurité et il en a conclu que : « obscurité = danger » et « loups = danger » (films d’horreur/contes) et aussi « douche = meurtrier » (le film « Psychose) et « mer = requin ». Combien aussi ont été traumatisés par le film « L’exorciste » !  Je me souviens d’un client en coaching qui ne pouvait plus dormir m’avouant que lorsqu’il fermait les yeux, dans son lit, il voyait « la fille qui a la tête qui tourne sur son axe ». Je comprenais ce à quoi il faisait allusion pour avoir entendu parler du film, mais je me devais de le ramener à la réalité : ça n’existe pas, ça n’est pas possible ! Donc, comme votre cerveau veut vous protéger, quand vous vous retrouvez dans cette situation d’obscurité, il va chercher dans votre banque de données les scènes qui vous ont marqué pour vous prévenir que ça va être terrifiant.

De nombreuses peurs n’existent qu’entre vos deux oreilles : les principales étant la peur du rejet et de l’abandon, la peur de la solitude, la peur du jugement, de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez bien, la peur de manquer d’argent, d’être malade, de finir sa vie seul, d’être quitté par le partenaire de vie, de perdre ses parents, son emploi, son bonheur, bref, il en existe toutes sortes que votre esprit tourmenté est capable d’inventer. Toutes ses peurs n’étant souvent qu’illusion, car non fondées. Bien sûr, la peur de la solitude arrive dans le peloton de tête avec la peur de mourir. Certains iront jusqu’à se tuer ou tuer quelqu’un terrifiés qu’ils sont de tomber dans le gouffre sans fond et glacé de la solitude. Et de la peur à la phobie, il n’y a qu’un pas.

Est-ce utile d’avoir peur ? L’être humain n’est pas fait pour se jeter dans le vide (parachutisme), voler (aviation), nager sous l’eau (plongée sous-marine), rentrer dans des galeries sous-terraines (spéléologie) et comme ce n’est pas son environnement naturel, à moins d’en avoir la passion, nous reculons devant ces situations. Personne ne se penche au-dessus du vide sans protection, par peur de tomber. Mais parlons-nous de peur ou de prudence ? La peur peut avoir cette utilité de nous protéger de certains dangers. La peur de souffrir en fait partie et elle est sensé vous éviter de choisir un partenaire inadéquat sous peine d’en payer le prix. Cependant, elle ne doit pas non plus vous empêcher d’entrer en relation. La prudence vous encourage à être sélectif et si la personne nouvellement rencontrée ne répond pas à tous vos critères, vous passerez votre chemin sans vous retourner. Et que dire de cette terreur qui vous tétanise, vous fait perdre votre latin, vos cinq sens et votre bon sens, bloque votre cerveau jusqu’à faire croire à votre corps que vous êtes en grand danger : étourdissement, vomissements, paralysie, perte de la vision, perte de l’ouïe, jambes molles, cœur qui accélère, respiration saccadée et cette anxiété qui vous envahit et vous préféreriez parfois mourir plutôt que… parler en public ! La peur du jugement en vous exposant sur une estrade ou sur une scène touche une très grande majorité et même ceux et celles dont c’est le métier. Je dis souvent à mes clients, avec humour, que la première peur, c’est mourir et la deuxième, c’est parler en public et il y en a qui préfèreraient mourir plutôt que parler en public.

Pourquoi la peur attire-t-elle le danger ? Parce que le premier qui a peur a perdu : il montre sa vulnérabilité, élément attractif pour un prédateur qui la sent, consciemment ou inconsciemment. Et comme la pensée crée, quand vous êtes obsédé par un événement malheureux que vous craignez, vous finirez par le provoquer. Votre peur agit comme une antenne qui attire ce que vous redoutez. Peut-être vous demandez-vous s’il est possible de n’avoir peur de rien ? Je vais vous laisser répondre à cette question : imaginez que vous ayez une confiance à toute épreuve reposant sur votre équilibre en plus d’une belle estime de vous, que deviendraient toutes les peurs irraisonnées qui vous habitent ?

Un article de Pascale Piquet
Coach de réussite
pascale.piquet@sympatico.ca
450-886-0585

Auteur des best-sellers « Le syndrome de Tarzan« , « Séduire pour une nuit ou charmer pour la vie ? », « Gagnez au jeu des échecs amoureux« , « La jungle des comportements humains » et le tout nouveau : « La Divorcée retrouve sa liberté » (Béliveau éditeur

Parce-que vous aussi, vous avez droit d’être heureux !

Dernières nouvelles:

ENTREPRENEURS...
Annoncez-vous localement !

450.755.3515